En visite à Toulouse, Macron et Merkel consacrent lA350 dAirbus – BFMTV.COM

En visite à Toulouse, Macron et Merkel  consacrent  l\A350 d\Airbus - BFMTV.COM

Une journée infernale pour les usagers de la route et les piétons

Si, ce mercredi 16 octobre 2019, Toulouse s’est animée au niveau de la préfecture, avec la venue d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel, les alentours de l’hôtel Dieu ont aussi fait parler d’eux. A l’appel de plusieurs syndicats, dont la CGT, la FSU et l’Union des étudiants, des manifestants s’y sont retrouvés.

Lire aussi : Emmanuel Macron et Angela Merkel sont arrivés à Toulouse pour afficher l’entente franco-allemande

Emmanuel Macron et Angela Merkel se retrouvent aujourd'hui à Toulouse dans le cadre d'un Conseil des ministres franco-allemand. Dans une Ville rose dont l'hypercentre autour de la préfecture a été placé sous cloche pour se prémunir de tout débordement des manifestations annoncées, la chancelière allemande et le président français vont tenter d'aplanir les différends qui se sont multipliés ces derniers mois, plus particulièrement depuis les élections européennes. Dernier épisode en date, jeudi dernier, le rejet massif de la candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire dans la future Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen, ex-ministre CDU d'Angela Merkel… Une claque pour Emmanuel Macron, qui a fait part de sa colère froide la semaine dernière, en estimant que les Allemands n'avaient pas respecté leurs engagements, et notamment Mme von der Leyen, qui lui avait assuré que Mme Goulard serait confirmée sans problème… Le président de la République s'en est sans doute expliqué avec la chancelière dimanche puis lundi avec Ursula von der Leyen.

En fin de matinée, ils sont venus soutenir les grèves qui se poursuivent dans les services d’urgence publics et privés dans la Ville rose. Au total, c’est plus d’une centaine de personnes qui ont occupé les devantures de l’hôtel Dieu pendant deux heures.

Rendez-vous traditionnel instauré en 2003 par le président Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerhard Schröder à l'occasion de la commémoration des quarante ans de la signature du traité de l'Élysée entre de Gaulle et Adenauer, le Conseil des ministres franco-allemand (ou Deutsch-Französischer Ministerrat), se réunit une à deux fois par an. C'est la première fois qu'il se tient depuis la signature par Emmanuel Macron et Angela Merkel du controversé traité d'Aix-la-Chapelle en janvier 2019, qui devait renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne.

Ils se sont donc rejoints en fin de matinée aux abords du Pont-Neuf. Dès 11h30, les premières affiches étaient placardées sur le portail de l’hôtel Dieu. « Stop aux suppressions de postes », « stop aux bas salaires », « ensemble dans la lutte pour un grand service public de santé et d’action sociale » pouvait-on lire sur les banderoles.

Lire aussi : Toulouse. Publics et privés: quels services d’urgences sont en grève?

Le service d’urgences de Purpan multiplie les actions : au nombre de trois depuis trois semaines, elles pourraient être amenées à se poursuivre. Au micro, devant les manifestants, Lucie, 32 ans et infirmière au CHU de Purpan, s’est exprimée :

On lutte pour nos conditions de travail, pour l’accueil et la dignité des patients. On est arrivé à un état d’esprit de ras-le-bol généralisé. La direction serait prête, mais oralement, à nous accorder un poste et demi d’aide soignante. Pour nous, ce n’est pas suffisant. On demande quatre aides soignantes et deux infirmières. On a déjà fait trois actions sur les urgences qui ont été un très grand succès. On n’est pas prêts de s’arrêter là.

Concrètement, en France, il naffichera plus les extraits darticles déditeurs de presse européens, et autres images miniatures ou vignettes dans les résultats apparaissant dans son moteur de recherche et dans Google Actualités. À la place, il naffichera plus quun titre et un lien, à moins que les éditeurs de presse ne lautorisent spécifiquement à utiliser de manière gratuite ces extraits et vignettes.

Brexit :Macron veut “croire quun accord est en train dêtre finalisé”

Plusieurs dizaines de manifestants sont sur le pont. Ils “refusent que #Toulouse devienne la capitale européenne de laustérité”. pic.twitter.com/AVbKYiG5P3

Macron et Merkel à Toulouse : en visite chez Airbus, le couple franco-allemand déjeune dans un A350

D’abord organisé à l’appel de la CGT, de la FSU et de l’Union des étudiants, ce mouvement a reçu le soutien de la CFDT. Jean-Pascal est délégué syndical dans le centre hospitalier et dénonce « le très gros souci de personnel aux urgences ». Il poursuit : 

On manque énormément de moyens. Nous sommes là pour soutenir les agents et la population, pour qu’il n’y ait pas de délai d’attente énorme pour les patients.

Le 21ème Conseil des Ministres franco-allemand sest tenu à Toulouse le 16 octobre 2019, réunissant le président de la République Emmanuel Macron, la Chancelière fédérale dAllemagne Angela Merkel ainsi que les ministres français et allemands.

Droits voisins pour la presse: Macron et Merkel se mobilisent face à Google

Lire aussi : Toulouse. Rues fermées, bus déviés, sécurité renforcée… Les conséquences de la visite d’Emmanuel Macron

#CMFA 🇫🇷-🇩🇪 @EmmanuelMacron, Angela Merkel et leurs ministres se retrouvent demain à Toulouse pour le Conseil des ministres franco-allemand. On vous en dit plus dans cette vidéo 👇 pic.twitter.com/DtPMVKDAeK

Quelques Gilets jaunes sont également venus soutenir le mouvement. C’est le cas d’Erwan, ancien fabricant de gaines industrielles à Montaudran. Il s’est déplacé « parce que tout le monde en a marre. Je les comprends. Il y a des personnes sans gilets, des personnes âgées, ils en ont tous marre ».

Le 31 octobre prochain, les élections en Thuringe sannoncent encore plus préoccupante tant pour la grande coalition formée au niveau fédéral entre son parti et les sociaux-démocrates (SPD). La gauche radicale de Linke et lextrême-droite de lAfD sont annoncés comme les deux probables vainqueurs selon les derniers sondages. La CDU qui y dominait en 2015 avec 40% des intentions de vote, ce land en 2015, pourrait nobtenir que 23% des suffrages à la fin du mois. Un coup de tonnerre qui pourrait précipiter la chute de celle quAngela Merkel a adoubé en décembre dernier à la tête du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer (surnommée “AKK”). Ministre de la Défense depuis le départ annoncé dUrsula von der Leyen pour Bruxelles, elle été désavouée, le weekend dernier, par la fédération des jeunes de la CDU qui a voté une motion en faveur de primaires pour la succession de la chancelière.

Brexit : mais quest-ce qui cloche encore ?

A proximité de l’hôtel Dieu se trouve le Pont-Neuf, bloqué par une dizaine de véhicules de la gendarmerie. Cette mise en place était effectuée par rapport à la venue d’Emmanuel Macron et Angela Merkel à Toulouse. L’occasion, pour Jean-François Tortajada, délégué départemental à la CGT, de leur envoyer un message :

Mais dautres sujets renforcent les tensions. Depuis le début du mois, une réforme sur les retraites agite la politique nationale mais cest surtout le débat sur la relance budgétaire qui secoue lAllemagne. Dans un environnement de taux bas, Berlin doit-elle se décider à emprunter? “Nein” a répondu la chancelière après un débat interne au sein du gouvernement. Mais létau européen se resserre pour faire bouger les lignes. Cest la position future du SPD, dont les dirigeants sont pour linstant encore attachés au “Schwarze Null” (principe du zéro déficit), qui pourrait bien mettre à mort la coalition. Un sondage réalisé en début de semaine montrait quune large majorité des sympathisants SPD (70,9%) est prête à renoncer à ce principe en cas de difficultés économiques.

Toulouse : deux chefs dEtat et une vingtaine de ministres pour renforcer les liens entre la France et lAllemagne

Leur simple présence ici fait de Toulouse la capitale européenne de l’austérité. Ils se présentent comme les piliers de la construction européenne, on a vu ce que ça a donné aujourd’hui… L’austérité frappe partout, aucun pays n’est épargné.

Dabord parce que, depuis lété dernier, la santé dAngela Merkel est devenue un sujet de discussions. Les images de ses tremblements lors de plusieurs manifestations officielles où le protocole lobligeait à rester debout et immobile, ont semé le doute sur sa capacité à tenir le gouvernail dune Allemagne dont léconomie nest plus aussi vaillante que par le passé. La locomotive allemande est sévèrement grippée. La première économie européenne pourrait même officiellement tomber en récession technique (deux trimestres consécutifs de contraction du PIB) dici la fin de lannée.

Lire aussi : Visite d’Emmanuel Macron et Angela Merkel à Toulouse : mais de quoi vont-ils parler ?

Toulouse. Circulation, transports, stationnement : tout ce qui vous attend avec la venue de Macron

De son côté, Marie Moulinié, représentante du personnel CGT, a aussi visé le président de la République. « C’est bien lui qui est identifié comme le responsable de tous nos maux, sachant que sur le CHU de Toulouse, on a des secteurs qui sont en lutte depuis janvier 2018 pour l’I3LM ».

Vers 13h30, un déjeuner entre Angela Merkel, Emmanuel Macron et des lycéens et apprentis « ayant bénéficié de l’action Avion Campus des métiers », était ensuite organisé à bord d’un A350 à l’extérieur de l’usine Roger Béteille à Blagnac. L’appareil était un prototype destiné à la campagne d’essais en vol de l’A350, il devait être démantelé. Sous l’impulsion des équipes des essais en vol, Airbus a décidé en 2016 de l’utiliser à des fins de formation.

Quelques mètres plus loin, au niveau du #Pontneuf, onze véhicules de la gendarmerie barrent la route. Un dispositif prévu dans le cadre de la visite de #Merkel et #Macron à #Toulouse. La manifestation continue de se dérouler dans le calme. pic.twitter.com/dXP1dXMrf7

Le couple franco-allemand a profité du déplacement à Toulouse pour visiter la salle de montage des avions A350 de l’entreprise Airbus. Le géant de l’aéronautique fête cette année ses 50 ans d’existence. Rappelons que l’avionneur européen, dont le siège est à Toulouse, est d’abord un consortium franco-allemand et donc un symbole de la coopération économique entre les deux pays.

Un gros dispositif de sécurité a été mis en place, ce mercredi, à Toulouse. DDM – NATHALIE SAINT-AFFRE Publié le 16/10/2019 à 20:53 , mis à jour à 21:01 Politique, France – Monde, Toulouse lessentiel En marge de la venue d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel pour le conseil des ministres franco-allemand, à Toulouse, les automobilistes comme les piétons ont vécu une journée compliquée voire infernale. Ce mercredi, à Toulouse, la journée a été placée sous le signe de la rencontre franco-allemande et donc la venue d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel à Toulouse. Un tel sommet a évidemment engendré un dispositif de sécurité dans la Ville rose à la hauteur de l'événement. Deux périmètres ont été mis en place pour limiter ou interdire le stationnement et la circulation : une zone orange et une zone rouge, beaucoup plus restrictive. Certes, les automobilistes ont connu dès le début de la journée de nombreuses déconvenues malgré l'information largement diffusée aux usagers de la route.

Ce prototype est désormais un atelier de formation grandeur nature. Airbus a proposé de mettre l’équipement à disposition des organismes de formation et des universitaires. Bien entendu, l’appareil n’est ni équipé de moteur, ni équipé de siège. Mais des investissements sont prévus pour l’installation d’un cockpit simulé de type VIP (Virtual Integration Platform).  

Polémique sur le voile : “Ne stigmatisons personne”, répond Macron

Les piétons, eux aussi, ont vécu un véritable parcours du combattant. En fin de journée, alors qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel avaient mis fin au point presse, les barrages des forces de l'ordre afin de quadriller la zone étaient encore d'actualité. "J'avais rendez-vous au niveau du Grand Rond, j'ai dû faire plusieurs détours, alors que j'avais presque atteint ma destination, j'ai été stoppée. Ils m'ont fouillé et m'ont demandé mes papiers d'identité mais n'ont pas voulu me laisser passer", explique Clara, une Toulousaine travaillant dans le secteur. C'est donc sa cliente qui est venue la chercher au bout de la rue afin qu'elle puisse passer.

La jeune femme n'est pourtant pas au bout de sa peine. À la sortie de son rendez-vous professionnel, rebelote. "Je dois normalement mettre 20 minutes à pied pour rejoindre mon domicile, j'ai mis 40 minutes et j'ai été fouillée 4 fois", raconte-t-elle, un peu agacée. Alors qu'elle est toute proche du parvis de la cathédrale Saint-Etienne (à proximité de la préfecture) un membre des forces de l'ordre l'interpelle "en lui demandant de faire moins de bruit parce que le Président est encore là". La place pourtant habituellement animée grâce aux terrasses était déserte. Elle est ensuite escortée vers une rue adjacente. Elle est loin d'être un cas isolé, de nombreux passants ont vécu ce parcours semé d'embûches. "C'est simple, à chaque étape de mon parcours, j'étais arrêtée. J'ai vu plein de gens décontenancés, agacés ou tout simplement perdus qui demandaient leur chemin", évoque-t-elle encore. Le dispositif de sécurité a contraint de nombreux piétons à revoir leurs agendas voire même leurs déplacements.

La zone rouge concerne jusqu'à 23 heures les rues suivantes : Rue de Metz – rue Mallaret – rue des Cheminées – rue du Rempart St Etienne – boulevard Carnot – rue des Frères Lions – place Dupuy – rue des Potiers – square Boulingrin – Allée Jules Guesdes – rue Ozenne – rue Caninade – rue Espinasse – grande rue Nazareth – rue Mage – place Mage – rue Tolosane – rue Croix Baragnon – rue des Arts jusqu’à la rue de Metz.  Il est donc conseillé d'éviter le secteur. 

Emmanuel Macron a déclaré ce mercredi vouloir “croire quun accord” sur le Brexit était “en train dêtre finalisé” alors que des discussions marathon étaient menées à Bruxelles à la veille dun sommet européen. 

Concernant la zone orange, la circulation des véhicules sera interdite dans cette zone, mercredi 16 octobre, de 9h00 à 23h00. Le stationnement restera possible. Pour pénétrer à pied dans cette zone, les piétons devront se soumettre à des palpations de sécurité, une inspection visuelle et une fouille des bagages. En cas de refus, les piétons ne pourront pas pénétrer dans la zone.

“Je veux croire quun accord est en train dêtre finalisé”, a déclaré le chef de lEtat au cours dune conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à Toulouse.

La zone orange est délimitée par les rues suivantes : rond point Duranti – allée Jules Guesde – rue Antoine Darquier – grande rue Nazareth vers rues du Languedoc, rue du Languedoc, rue Alsace Lorraine – rue Antonin Mercié – rue Cantegril – rue Delpech – rue des Pénitents Blancs – rue du rempart Saint Etienne – bd Lazare Carnot à hauteur de la place Roland – rue Camaran – rue Riquet – place Dupuy – rue des Potiers – square Boulingrin – allée Jules Guesde jusqu’au rond point Duranti.