Toulouse : Louis Lareng fondateur du Samu est mort – France 3 Régions

Toulouse : Louis Lareng fondateur du Samu est mort - France 3 Régions

Toulouse : Louis Lareng, le fondateur du Samu, sest éteint à 96 ans

Le fondateur du SAMU, le professeur Louis Lareng, sest éteint dimanche à Toulouse à 96 ans. Après avoir déplacé aux forceps lhôpital "hors les murs", ce visionnaire a aussi initié "la médecine sans les murs" pour téléporter la santé dans les campagnes.

Lors dun entretien à lAFP, en 2016, Louis Lareng avait rappelé la mission quil sétait fixée lorsquil nétait encore quun jeune anesthésiste-réanimateur: "légalité daccès aux soins". 

Médecin infatigable, Louis Lareng a également goûté à la politique. Dabord comme maire, de 1965 à 1977, du village où il était né et avait grandi. Sa mère étant morte de la tuberculose lorsquil avait 2 ans, raconte La Dépêche, il avait été élevé par sa tante, employée de pharmacie, avant dobtenir une bourse pour aller étudier à Tarbes, puis faire médecine. Orphelin issu dune famille modeste, il fera son chemin jusquà recevoir les hommages de la République, qui la notamment fait grand officier de la Légion dhonneur en 2016. Figure de la région, Louis Lareng avait aussi présidé luniversité Paul-Sabatier de Toulouse de 1970 à 1976, avait été député de Haute-Garonne (1981-1986), puis conseiller régional (1986-1992).

"Il sagit de sauver des vies et de soigner ceux qui nen ont pas les moyens", expliquait alors ce professeur agrégé en médecine. "Il faut distribuer du bien-être à tous, en tout point du territoire", insistait-il de son accent qui roulait. 

Il restera pour moi un modèle dengagement, tant il incarnait parfaitement toutes les valeurs dhumanisme et dinnovation sociale auxquelles je crois, a réagi la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, tandis que la ministre Agnès Buzyn évoquait laudace dun homme à qui notre médecine durgence doit beaucoup. Cétait un homme politique engagé, un socialiste humaniste et un républicain également investi dans les ordres patriotiques, a indiqué dans un communiqué le maire (LR) de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Le Dr Jean-Louis Ducassé, ancien chef du Samu 31, saluait quant à lui son maître, un exemple de dévouement au service public hospitalier.

Le fondateur du Samu décède à lâge de 96 ans

Son premier combat, celui du SAMU, ce natif des Hautes-Pyrénées la mené au bout, malgré les interdits et les hostilités. 

Louis Lareng organise alors, avec la complicité de quelques confrères, un système de secours… en cachette! Mais sauver des vies nest pas une activité très discrète, et il est vite convoqué en conseil de discipline. Il se trouve que, la veille de cette convocation, javais sauvé le fils de la personne qui devait prendre des sanctions contre moi. Je le trouve à lhôpital auprès de son fils, et je reçois un appel durgence. Je lui passe le téléphone. Finalement, le père me dit: Allez-y! Ce jour-là, jai gagné le Samu!, samusait-il auprès de La Dépêche.

Le fondateur du Samu Louis Lareng est décédé

Lidée damener "le médecin au pied de larbre" avait germé cinq décennies auparavant. "A cette époque, il y avait une proportion considérable daccidents de la route".

Le 16 juillet 1968, le Samu (Service daide médicale urgente) naît (à lessai) dune délibération de la commission administrative des hôpitaux de Toulouse, qui consacrait une demande de M. le ministre des Affaires sociales, racontait en 2005 le médecin dans La Revue du Samu. Loriginalité nest alors pas tant de délivrer des soins sur les lieux mêmes de laccident, que de développer un véritable service hospitalier hors les murs, qui gère le parcours du patient de lappel au secours à larrivée à lhôpital.

Chaque grande ville sétait alors dotée dun centre de réanimation respiratoire pour les victimes de poliomyélite. Mais Toulouse est épargnée: le Pr Lareng pense à reconvertir le centre pour les accidentés de la route.

Il fallait "traiter linsuffisance respiratoire au pied de larbre", soulignait-il, "sauver le malade qui avait buté sur larbre, malgré linterdiction de tous les hôpitaux français, de soigner hors les murs".

Le médecin brave linterdit: "Je couchais à la police et je partais sur laccident dans le panier à salade". Avec le concierge de lhôpital qui souvent laccompagnait, "on préparait en sous-main la médicalisation de lurgence".

Dans un tweet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a salué la mémoire de ce professeur de médecine, qui a eu l'audace, en 1968, de créer le Samu, dont on connaît le rôle majeur dans notre système de santé. Notre médecine d'urgence lui doit beaucoup, a souligné la ministre.

A force de détermination, le Pr Lareng obtient "à titre expérimental" la mise en place dun "secours durgence" à Toulouse. 

Louis Lareng est né le 8 avril 1923, à Ayzac-Ost, dans les Hautes-Pyrénées, commune dont il sera le maire de 1965 à 1977. Professeur de médecine, il est à lorigine de la création du Samu, à Toulouse. Une circulaire de février 1969 autorise ces Services daide médicale urgente (SAMU), “service dintérêt général”, coordonnant les “secours privés et publics”. Dix-sept ans plus tard, la “loi Lareng”, qui étend le Samu à tous les départements français avec un numéro unique et gratuit, le 15, est adoptée à lunanimité.

La circulaire qui lautorise le 18 février 1969 évoque déjà un "service dintérêt général" subventionné à 70% par lEtat et coordonnant "les secours privés et publics".  

Louis Lareng, le fondateur du Samu, est décédé

Pour autant, Louis Lareng, maire dAyzac-Ost de 1965 à 1977, commune où il était né, na pas dit son dernier mot: "Il faut un SAMU dans tous les départements".

Député socialiste de Haute-Garonne de 1981 à 1986, conseiller municipal de Toulouse de 1983 à 1995, Louis Lareng était un “homme de progrès et dinnovation qui “sest intéressé très tôt à la télémédecine”, écrit dans son communiqué le préfet de la Haute-Garonne, Etienne Guyot, qui a rendu hommage “à un grand humaniste”.

Le fondateur du Samu, Louis Lareng, est décédé à lâge de 96 ans

Auprès de Simone Veil, alors ministre de la Santé, il plaide pour réorganiser partout le transport sanitaire. Il obtient du ministre des Télécommunications cloué sur son lit dhôpital que le "15" soit dédié au SAMU. 

Je salue la mémoire de Louis Lareng qui a eu laudace, en 1968, de créer le Samu, dont on connaît le rôle majeur dans notre système de santé. Notre médecine durgence lui doit beaucoup.

Le fondateur du SAMU, Louis Lareng est décédé à Toulouse à lâge de 96 ans

Elu député PS de Haute-Garonne en 1981, il finalise sa bataille par une loi qui soulèvera "lhostilité du gouvernement" et des professions médicales, mais qui sera finalement adoptée à lunanimité en 1986.

Député socialiste de Haute-Garonne de 1981 à 1986, conseiller municipal de Toulouse de 1983 à 1995, Louis Lareng était un “homme de progrès et d’innovation qui “s’est intéressé très tôt à la télémédecine”, écrit dans son communiqué le préfet de la Haute-Garonne, Étienne Guyot, qui a rendu hommage ”à un grand humaniste”.

Louis Lareng, le fondateur du SAMU, est mort

Déjà cet ancien enfant de choeur, qui ne connut sa mère tuberculeuse quà travers une vitre jusquà lâge de 2 ans, avait décidé de "donner du temps aux autres, malgré lindividualisme régnant". 

Dans un tweet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a salué “la mémoire” de ce professeur de médecine, “qui a eu l’audace, en 1968, de créer le Samu, dont on connaît le rôle majeur dans notre système de santé. Notre médecine d’urgence lui doit beaucoup”, a souligné la ministre.

Louis Lareng, le fondateur du SAMU, est mort à lâge de 96 ans

Lancien boursier de médecine, élevé par sa tante préparatrice en pharmacie à la mort de sa mère, et marié à une professeure en bactériologie, a toujours en tête de "rapprocher la santé du social". 

“Son volontarisme faisait de Louis Lareng une personnalité remarquable. Je tiens à saluer sa mémoire aujourd’hui, lui qui fut mon parrain à la Légion d’honneur”, ajoute le maire, qui rappelle que Louis Lareng a présidé l’Université Paul Sabatier de Toulouse de 1970 à 1976.

Louis Lareng, fondateur du SAMU, est mort à 96 ans

"Vous nallez pas vous arrêter là", lui aurait lancé le général de Gaulle. "En attendant les secours au pied de larbre, vous devez prévoir que chaque citoyen français puisse porter secours", lui aurait-il dit, lincitant à créer la fédération nationale de la protection civile. 

Professeur de médecine, il est à l’origine de la création du Samu, à Toulouse. Une circulaire de février 1969 autorise ces Services d’aide médicale urgente (SAMU), “service d’intérêt général”, coordonnant les “secours privés et publics”.

Commandeur des Palmes académiques en 1976, officier de lordre national du Mérite en 1981, commandeur dans lordre national de la Légion dhonneur en 1993, puis promu au rang de grand officier de la Légion dhonneur en 2016, le Pr Lareng, à qui "notre médecine durgence doit beaucoup", était un infatigable défenseur de la santé pour tous, a salué dimanche la ministe de la Santé Agnès Buzyn.

Il continua doeuvrer à la modernisation du SAMU et initia la télémédecine, une "nouvelle pratique médicale à distance", quil voulait inscrire au coeur de laménagement du territoire. 

"On peut soigner à distance en amenant le conseil médical, lexpertise en des lieux où il manque de médecins" ou en remplaçant "le médecin par un robot", plaidait-il.

"Il faut continuer à innover. Le jour où on ne le fera plus on soignera comme à lancien temps", disait-il.

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Société Louis Lareng, le fondateur du Samu, s'est éteint à 96 ans

Comme il le racontera en novembre 2018 à France Bleu, le médecin trouve un moyen pour contourner linterdiction, alors en vigueur, qui empêche un médecin de soigner en dehors de son hôpital :  Jallais sur laccident avec les cars de police. Je couchais au commissariat, où on mavait aménagé un petit lit. Je couchais là et je partais avec eux , racontait-il à loccasion des 50 ans du Samu.

DISPARITION Le professeur Louis Lareng, pionnier de la télémédecine et père du tout premier Samu créé en 1968 à Toulouse, est décédé ce dimanche à lâge de 96 ans

La trace quil laisse dans lhistoire de la médecine française est indélébile. Le professeur Louis Lareng, lhomme qui a créé le tout premier Samu (Service dassistance médicale urgente) en 1968 à Toulouse, sest éteint ce dimanche matin à lâge de 96 ans. Ce Bigourdan dorigine, à laccent rocailleux, a été le premier à propulser lhôpital  hors des murs ,  du pied de larbre à laccueil  comme il le disait, avec un numéro, des médecins et des ambulanciers dédiés.

Au-delà de sa carrière universitaire, le médecin anesthésiste de formation qui étudié à Toulouse et longtemps exercé à lhôpital Purpan,  Loulou  le militant a aussi œuvré en politique. Il a été conseiller municipal de Toulouse et député socialiste de la Haute-Garonne de 1981 à 1986, et même conseiller régional.  Avec lesprit pionnier et le sens du service public chevillé au corps, [il] restera pour moi un modèle dengagement, tant il incarnait parfaitement toutes les valeurs dhumanisme et dinnovation sociale , a notamment réagi sur Facebook Carole Delga, la présidente de la région Occitanie.

 Homme de progrès et dinnovation, il sest intéressé très tôt à la télémédecine , rappelle aussi Etienne Guyot, le préfet de la Haute-Garonne, dans son hommage public.

Mon maitre le Pr LOUIS LARENG est décédé ce matin. Il a été un visionnaire créant le premier SAMU en 1968 à Toulouse puis en développant la télémédecine. Et bien dautres choses … Il a été pour un grand nombre dentre nous un exemple de dévouement au service public hospitalier

Je salue la mémoire de Louis Lareng qui a eu laudace, en 1968, de créer le Samu, dont on connaît le rôle majeur dans notre système de santé. Notre médecine durgence lui doit beaucoup.

Celui qui twittait encore il y a quelques mois sur limportance de former lensemble de la population aux gestes de premiers secours nétait pas à une innovation médicale près et a présidé jusquà sa mort la Société européenne de télémédecine et de-santé.