Macron sort Jean-Louis Borloo de sa retraite

10 astuces pour apprendre n'importe quelle langue facilementL'actu en temps réel avec Le Figaro

Un retour aux sources pour l’homme politique, qui fut aussi l’avocat d’un autre ancien ministre de la Ville, Bernard Tapie. Après la réélection de Jacques Chirac en 2002, Jean-Louis Borloo se montrera particulièrement actif à la Ville puis à l’Emploi, des ministères où il restera pourtant à peine plus d’un an à chaque fois.

La suite après cette publicité

Ministre de Jacques Chirac puis de Nicolas Sarkozy, ancien président de l’UDI et officiellement retiré de la vie politique, M. Borloo “remet les gants” en faveur de la politique de la Ville, avait auparavant déclaré le chef de l’Etat en visite à Tourcoing.

Plan en faveur des quartiers en difficulté : Borloo vient en aide à Macron

Inscrivez-vous gratuitement à laNewsletter PolitiqueLe président de la République «a donné des pistes, il faut bâtir, souligne de son côté l’ancien maire de Valenciennes. Il faut sortir des promesses pour être dans qui fait quoi».

Partager sur Twitter Partager par mail SUIVRE L’OBS RECEVOIR LA NEWSLETTER OK L’Obs  > Politique Jean-Louis Borloo “remet les gants” pour aider Macron + Jean-Louis Borloo “remet les gants” pour aider Emmanuel Macron. (Ludovic Marin/AP/SIPA) L’ancien ministre, tour à tour chiraquien et sarkozyste, va épauler le chef de l’Etat dans la mise en place de sa politique de la ville. Par L’Obs

Capture France télévisions LE FIGARO.-Vous avez rencontré aujourd’hui le président de la République en compagnie de Jean-Louis Borloo et d’autres associations pour l’appeler à conduire une politique de la ville ambitieuse. Vous a-t-il semblé à l’écoute?

Politique de la ville : Jean-Louis Borloo reprend du service

M. Borloo n’aura “pas de fonction particulière” auprès de l’exécutif “mais son expertise et son expérience sur les sujets de la politique de la Ville sont précieux” et “les deux ministres en charge de la Cohésion des territoires ne manqueront pas de le solliciter”, a indiqué à l’AFP l’entourage du président de la République.

Jean-Louis Borloo va aider Emmanuel Macron dans la mise en place du plan du gouvernement en faveur des quartiers en difficulté.

Partager sur Twitter Partager par mail Commenter cet article Et revoilà Jean-Louis Borloo ! L’ancien ministre de la Ville, père de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), va aider Emmanuel Macron dans la mise en place du plan du gouvernement en faveur des quartiers en difficulté.

dans une interview au "Journal du dimanche", vouloir s’engager "à fond" derrière Emmanuel Macron. Il se disait "prêt à (s)e retrousser les manches deux ou trois ans pour donner un coup de main" au candidat d’En Marche!, qui était alors opposé à Marine Le Pen au second tour. A ses yeux, Emmanuel Macron représente "le pari de l’audace, de la modernité, du renouvellement, et de l’action positive". "Emmanuel Macron entend fédérer les forces vives, se moderniser, faire évoluer le projet européen quand Marine Le Pen, elle, veut diviser, se barricader derrière une ligne Maginot, se séparer de nos voisins européens, sortir d’une monnaie stable et protectrice et proposer un projet économique digne du Parti communiste des années 1960. Le seul catalyseur du choix de l’avenir, c’est Emmanuel", vantait-il encore. Dans cet entretien, il voyait dans le candidat d’En Marche! "quelqu’un qui rassemble, qui défend un monde ouvert et solidaire, qui est transgressif, déterminé et courageux".Quels gages Emmanuel Macron vous a-t-il donné?

> Le “plan de bataille clair” pour les quartiers difficiles Le constat d’Emmanuel Macron

“Si on a besoin de moi, je réponds avec mon cœur, ma détermination, mon expérience. J’étais en retrait total de la vie politique, ma vie avait changé. L’édifice s’écroule, et moi je laisserais faire ? Alors je suis prêt à me retrousser les manches deux ou trois ans pour donner un coup de main”, confiait au “JDD” l’ancien député du Nord durant l’entre-deux-tours de la présidentielle. 

Après la « loi Borloo » et le « plan Borloo », le ministre de Jacques Chirac récidive en 2005 avec les « maisons Borloo ». Objectif : construire jusqu’à 30.000 maisons à 100.000 euros pour permettre aux plus modestes d’accéder à la propriété. Une intention louable mais qui ne rencontrera pas le succès espéré. Budgets intenables, terrains rares, malfaçons… les maisons Borloo sont rapidement qualifiées de « fiasco » par la presse.Le chef de l’Etat “a donné des pistes, il faut bâtir. Il faut sortir des promesses pour être dans qui fait quoi”, a souligné l’ancien maire de Valenciennes.

0 Signaler un abus Répondre vauban      14/11/2017 à 16h52 très bonnes annonces, ça ne va pas faire l'affaire des extrémistes de tout bords.Stage community manager chez Gaston H/FParis14/11/2017Jean-Louis Borloo, ancien ministre de la ville.

«Cela fait plusieurs semaines qu’on travaille, qu’on avance, a-t-il notamment affirmé. Le message du président est clair. Ce qui est très important, c’est qu’un plan, ça se rédige avec tous les acteurs, avec des indicateurs et une évaluation.»

“Ca fait plusieurs semaines qu’on travaille, qu’on avance. Le message du président est clair. Ce qui est très important, c’est qu’un plan, ça se rédige avec tous les acteurs, avec des indicateurs et une évaluation”, a-t-il dit.

En 2010, Jean-Louis Borloo est pressenti pour devenir Premier ministre, mais c’est finalement François Fillon qui est reconduit. Déçu, il quitte le gouvernement et retrouve son siège de député du Nord (qu’il a conservé sans interruption depuis 1993) et prend la tête du groupe UDI à l’Assemblée nationale, avant d’annoncer sa retraite politique en 2014.

"Son expertise et son expérience sur les sujets de la politique de la Ville sont précieux"Jean-Louis Borloo n’aura "pas de fonction particulière" auprès de l’exécutif "mais son expertise et son expérience sur les sujets de la politique de la Ville sont précieux" et "les deux ministres en charge de la Cohésion des territoires ne manqueront pas de le solliciter", a indiqué à l’AFP l’entourage du président de la République.