Supporters rémois attaqués à Troyes : treize ultras parisiens …

Supporters rémois attaqués à Troyes : treize ultras parisiens ...

Foot : jusquà dix mois de prison ferme pour 13 supporters ultras du PSG

Treize ultras du PSG accusés de divers faits de violence lors d’une rixe contre des ultras rémois en 2016 ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Troyes (Aube).

Douze d’entre eux ont été condamnés à des peines allant de six mois de prison avec sursis à dix mois ferme et l’un a été condamné à 90 jours-amendes. Chaque peine est assortie d’une amende de 500 euros et d’une interdiction de séjour dans l’Aube pendant deux ans.

Les faits remontent au 16 avril 2016, en toute fin daprès-midi. Ce jour-là, un groupe de supporters rémois patiente dans un petit bar de la rue Louis-Blanc, à Sainte-Savine. Ils attendent de pouvoir converger vers le…

Le parquet de Troyes avait requis le 9 octobre jusqu’à un an de prison ferme contre ces treize supporters.

Le 16 avril 2016, une rixe avait laissé trois Rémois sur le carreau. Les assaillants parisiens ont été condamnés à des peines allant de 90 jours damende à dix mois de prison.

Lancers de parapluies, de chaises, de queues de billard et distribution de coups: une vingtaine d’ultras du Paris SG auraient affronté une soixantaine d’ultras rémois, le 16 avril 2016 vers 18 heures dans un bar de Sainte-Savine, dans la banlieue troyenne.

Une ado accouche seule, harcèlement scolaire et les sinistrés de leffondrement à Charleville: cest lactu du vendredi

Mais à la barre, les douze prévenus présents ont nié toute implication dans la bagarre.

La difficulté à identifier les participants de la rixe et leur degré dimplication, labsence de témoin direct et la poursuite des ultras parisiens parce que ce sont des Parisiens et quils sont forcément violents font de ce dossier une caricature, avait plaidé Me Damien Brossier, leur avocat, qui avait demandé la relaxe. Romain Mabille, le président du CUP, sera jugé pour les mêmes faits à Troyes le 27 novembre. Son avocat avait obtenu que son cas soit dissocié de laudience des treize autres supporters.

Ces membres de la K-Soce Team, une des entités du CUP, ont contesté les faits de «participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences», «violence aggravée» et «violence commise en réunion» qui leur étaient reprochés.

Invités au derby entre l’ESTAC et le Stade de Reims par les ultras de Troyes, les Parisiens ont fait le voyage mais, faute de places pour assister au match, se sont éparpillés dans la ville puis ont regagné la capitale, selon leur version commune.

Football. Jusquà dix mois de prison ferme pour 13 ultras du PSG. Sport

La difficulté à identifier les participants de la rixe et leur degré d’implication, l’absence de témoin direct et la poursuite «des ultras parisiens parce que ce sont des Parisiens» et qu’ils sont «forcément violents» font de ce dossier «une caricature», avait plaidé Me Damien Brossier, leur avocat, qui avait demandé la relaxe.

Des milliers de petites annonces en Alsace dans limmobilier, lautomobile, lemploi et les services à la personne.

Les ESSENTIELS du MATIN: Drame à Bar-sur-Aube. Qui sont les 17 novembre Aubois. Football Leaks. Un artiste hors cadre. Et un mort élu au Nevada.

Des supporters ultras du PSG condamnés à des peines allant jusquà dix mois de prison ferme pour une rixe e…

Merci par conséquent de bien vouloir désactiver votre bloqueur pour la consultation de notre site.

Les ESSENTIELS du MATIN : Harcèlement scolaire. 39 999 poules à Trouans ? Fortuné – Touzghar. Et Nelson Monfort à Troyes.

Treize ultras du PSG, accusés de divers faits de violence lors d’une rixe contre des ultras rémois en 2016, ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Troyes (Aube) à des peines allant jusqu’à dix mois de prison ferme, a-t-on appris auprès du parquet.

Drame à Bar-sur-Aube : lenfant aurait été tué par son père durant la nuit selon le vice-procureur [Vidéo]

Douze d’entre eux ont été condamnés à des peines allant de six mois de prison avec sursis à dix mois ferme et l’un à 90 jours-amendes, a indiqué cette source à l’AFP. Chaque peine est assortie d’une amende de 500 euros et d’une interdiction de séjour dans l’Aube pendant deux ans.

Hausse du prix des carburants : la région Grand Est annonce une aide à la conversion au bioéthanol

Le parquet de Troyes avait requis le 9 octobre jusqu’à un an de prison ferme contre ces 13 supporters.

Lancers de parapluies, de chaises, de queues de billard et distribution de coup s: une vingtaine d’ultras du Paris SG auraient affronté une soixantaine d’ultras rémois, le 16 avril 2016 vers 18h00 dans un bar de Sainte-Savine, dans la banlieue troyenne.

Mais à la barre, les douze prévenus présents ont nié toute implication dans la bagarre. Ces membres de la K-Soce Team, une des entités du CUP, ont contesté les faits de “participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences”, “violence aggravée” et “violence commise en réunion” qui leur étaient reprochés.

Mais à la barre, les douze prévenus présents – l’un d’eux était absent – ont nié toute implication dans la bagarre.

La difficulté à identifier les participants de la rixe et leur degré dimplication, labsence de témoin direct et la poursuite “des ultras parisiens parce que ce sont des Parisiens” et quils sont “forcément violents” font de ce dossier “une caricature”, avait plaidé Me Damien Brossier, leur avocat, qui avait demandé la relaxe.

Ces membres de la K-Soce Team, une des entités du CUP (Collectif Ultras Paris), ont contesté les faits de participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences , violence aggravée et violence commise en réunion qui leur étaient reprochés.

Douze dentre eux ont été condamnés à des peines allant de six mois de prison avec sursis à dix mois ferme et lun a été condamné à 90 jours-amendes, a indiqué cette source à lAFP. Chaque peine est assortie dune amende de 500 euros et dune interdiction de séjour dans lAube pendant deux ans.

Invités au derby entre l’ESTAC et le Stade de Reims par les ultras de Troyes, les Parisiens ont fait le voyage mais, faute de places pour assister au match, se sont éparpillés dans la ville puis ont regagné la capitale, selon leur version commune.

La difficulté à identifier les participants de la rixe et leur degré d’implication, l’absence de témoin direct et la poursuite des ultras parisiens parce que ce sont des Parisiens et qu’ils sont forcément violents font de ce dossier une caricature , avait plaidé Me Damien Brossier, leur avocat, qui avait demandé la relaxe.

Romain Mabille, le président du CUP, sera jugé pour les mêmes faits à Troyes le 27 novembre. Son avocat avait obtenu que son cas soit dissocié de laudience des 13 autres supporters.