Soupçon de financement du terrorisme: une opération de la DGSI au centre pénitentiaire de Valence (Drôme) – France 3 Régions

Soupçon de financement du terrorisme: une opération de la DGSI au centre pénitentiaire de Valence (Drôme) - France 3 Régions

Opération anti-terroriste de la DGSI dans la Drôme

Opération antiterroriste ce mardi 15 octobre, aux alentours de 7 heures, au centre pénitentiaire de Valence. Trois détenus ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés dappartenir à un réseau de financement du terrorisme et dassociation de malfaiteurs terroriste criminelle. 

Selon nos sources, les enquêteurs de la DGSI, qui ont mené des perquisitions dans les cellules de la prison, ont retrouvé cinq téléphones portables, trois clés USB et de la documentation.  

Condamnés pour des faits de terrorisme, ou connus pour leur radicalisation, ils sont désormais soupçonné de financement du terrorisme et dassociation de malfaiteurs terroriste criminelle, a appris Europe 1 de source judiciaire. Plus précisément, les autorités les soupçonnent davoir collecté de largent à destination de femmes djihadistes dans des camps de réfugiés. 

Quatre autres personnes ont également été arrêtées. Lenquête est menée par le parquet national antiterroriste. 

Les fouilles de leur cellule ont permis de retrouver cinq téléphones et plusieurs clefs USB. Quatre autres personnes, dont la mère de lun des détenus, ont été interpellées dans ce même dossier.

Si leur arrivée a été discrète, le départ des policiers de la direction générale de la sécurité intérieure a intrigué beaucoup dautomobilistes. Un convoi de plusieurs véhicules noirs avec gyrophares bleus, vitres fumées et plaques dimmatriculation masquées, sest rendu à la gare de Valence TGV en fin de matinée. Cest dans un wagon privatisé que certaines des personnes visées auraient été emmenées jusquau siège de la DGSI à Levallois-Perret.

Au coeur de lenquête : trois détenus du quartier maison centrale de la prison de Valence, le quartier des longues peines. Ce sont des détenus condamnés pour des faits de droit commun âgés de 31 et 32 ans. Ils sont également connus pour des faits de radicalisation. Leurs cellules ont été perquisitionnées et fouillées longuement. Selon une source syndicale à la prison, cinq téléphones portables et plusieurs clés USB ont été saisis.

Il sagit essentiellement dun réseau de financement de terrorisme , a insisté ce mardi soir une source proche du dossier afin déviter tout emballement sur un éventuel attentat déjoué. Seon une autre source, il pourrait sagir dinterpellations dans le cadre dune collecte de fonds pour des femmes qui se trouvent en Syrie . Ce qui peut être considéré comme du financement de terrorisme sans quil y ait de menace immédiate.

Quatre autres personnes ont également été interpellées dans le cadre de lopération. On ignore si ces personnes habitent toutes dans la Drôme ou pas. Lenquête est ouverte par le parquet antiterroriste de Paris pour “financement du terrorisme” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.